jeudi 5 juin 2008

D'une faïencerie à la presse féminine



  Aujourd'hui, contrairement à mon habitude, je ne vais pas vous faire découvrir, ou redécouvrir, les créations de stylistes. Et non, j'ai envie de vous faire faire un saut dans le passé. 
C'est ce qui m'est arrivé cet après-midi, en attendant dans la voiture qu'une amie ait finie la course qu'elle avait à faire. 
Nous étions stationnées devant l'ancienne devanture d'une faïencerie au style art déco qui a retenu mon  attention.




  Ni une ni deux, j'ai foncé tête baissée dans les archives de L'Officiel dès que je suis rentrée, me replongée dans l'esprit modesque des années 30, style que j'affectionne tout particulièrement.





  Et oui, les magazines féminins reflètent non seulement la mode d'une époque, mais ils retracent également l'histoire d'une société, de ses mentalités, de la féminisation de ses valeurs ( dixit la fncac ! ). 
C'est ce que nous explique brillamment Vincent Soulier, spécialiste de la presse féminine, dans son ouvrage intelligemment intitulé Presse Féminine, la puissance frivole.






( Le) peu d'intérêt des historiens pour la presse féminine est d'ailleurs révélateur du peu d'intérêt généralement accordé à l'histoire des femmes et de la féminité. Heureusement, on assiste depuis une vingtaine d'années à une multiplication des publications - dues essentiellement à des historiennes, soulignons-le.
Or, pour certains, cette dynamique actuelle de l'historiographie féminine est excessive, voire sexiste.L'historienne Michelle Perrot répond à ceux qui s'étonnent que l'on puisse envisager d'étudier l'histoire à travers le prisme de la condition féminine:

" Les hommes sont là. L'histoire est là, omniprésente. Elle occupe tout le terrain, et depuis longtemps. Les femmes ont toujours été conçues, représentées comme une partie du tout, comme particulières et niées, la plupart du temps. On peut parler du silence de l'Histoire sur les femmes. Il n'esr donc pas étonnant qu'une réflexion historique participe à cette découverte des femmes sur elles-mêmes et par elles-mêmes, aspect de leur affirmation dans l'espace public. (...) L'émancipation des femmes, qui concerne les rapports entre les sexes, est un des faits majeurs du siècle. A ce moment de passage d'un millénaire à l'autre, il est bon de faire le point. Et ceux qui s'étonnent ne sont probablement pas au courant du développement considérable de cette réflexion dans le monde occidental depuis un quart de siècle. "
 

A noter: je ne suis absolument pas sponsoriser par l'auteur !


3 commentaires:

modelshop a dit…

On n'en dira jamais assez sur l'importance des magazines féminins dans l'évolution de la société (et pas seulement comme témoins). A quand une étude sur l'historique des blogs de filles ?!!!

Cestandrea a dit…

Très intéressant, je n'avais pas encore réfléchis à ce genre de choses...Mais je vais régulièrement voir le blog de Frieda (Doucement le matin) qui présente toujours de vieux numéros de ELLE, très intéressant aussi de voir ce qui faisait battre les coeurs des femmes il y a 20, 30 ou 40 ans:)

p'tite mademoiselle a dit…

Modelshop : ça viendra et alors un journaliste viendra nous interviewer, lorsque nous serons vielles et ridées ; )

cestandrea : j'aime également beaucoup ce blog, en gros j'adore tout ce qui touche à l'histoire à la mode qui est véritablement le témoin de l'évolution d'une société et des goûts.